15
Août

Candide : Première rencontre

   Ecrit par : Roland   in Préambules

Vendredi 10 août

Je suis passé à côté de lui  plusieurs fois sans vraiment le voir.

Avec les clés confiées par Nicolas de H2O, j’arpente le quai et je visite, un à un, les bateaux qu’il m’a proposés, et ce afin de les comparer avec mon « coup de foudre » à la toute récente découverte de FREEDOM.
« Milady », « Très Joly », « Japito »,  Aucun ne me séduit : Trop ceci, pas assez cela.
Un peu las de ces allées  et venues, Nicolas celui-ci me propose de visiter ECHO.

– « Mais je n’ai pas les clés ! » lui fais-je remarquer.
– « Normal, les propriétaires sont à bord… C’est convenu comme ça avec eux : Je vais leur demander d’aller faire un tour et ainsi, vous pourrez le visiter tout à votre aise ».

Et me voilà à visiter un nouveau bateau…

Pas mal… Très propre même. Deux choses me frappent immédiatement : Il est blanc immaculé des pieds à la tête ! (Juste une bande -verte 😉 – sous la ligne de pont ; Pas d’inox et, hormis les flancs du carré-timonerie, pas un seul bois verni à l’extérieur. Rien de tape-à l’œil : C’est sans doute cela qui m’a fait passer à côté de lui sans le remarquer.
Une deuxième chose me saute aux yeux : Par rapport à tout ce que j’ai vu jusqu’à présent, sa disposition est quelque peu différente : Le fameux carré hollandais, avec la timonerie et le coin salon, est ici situé un cran plus en avant. C’est original.  Cela lui donne un petit air baroudeur (mais baroudeur pépère quand même). La plage avant est ainsi spacieuse.

 

 

 

Côté pratique, une fois à l’intérieur, la visite révèle les avantages de cette organisation des espaces : Une timonerie-salon très lumineuse, avec une vue bien dégagée sur l’avant et les quatre côtés, mais aussi et surtout donnant accès à une cabine avant indépendante, suffisamment aérée et éclairée par deux hublots latéraux et un panneau de pont.

 

En contrebas derrière le salon-timonerie  , l’inévitable ensemble cuisinette-salle à manger en face à face,


…et tout à l’arrière, la cabine éponyme avec deux lits jumeaux.
Retour sur le pont : passe-avant confortables, plage arrière commode et spacieuse, échelle et pont de bain, et un petit escalier de deux marches pour monter sur le pont supérieur…

… où se trouve le deuxième poste de pilotage : Super !


Cherchez l’erreur !

Le cabinet de toilette : rikiki mais avec douche et lavabo …
Le coin-cuisine-repas un peu sombre : on dira … plus intime.
Les rangements : penderie, placards, cuisine : suffisants…
Le moteur : Diesel 70 cv avec un potentiel de 12 000 heures : De la balle !!!
La longueur (9,80 m) , la largeur (3,20 m), le tirant d’air (2,50 m), le tirant d’eau (1,00 m)…  ça colle
Feux de navigation, corne de brume, chauffage gas-oil par air pulsé, ballon d’eau chaude 50 litres  moteur et électrique, frigo 220/12V/gaz, pilotages hydrauliques, chargeur électrique, propulseur d’étrave… Bref l’équipement est presque complet.
Le réservoir d’eau est minimum : 150 litres. Je me console : Mieux valent 150 litres d’eau avec une douche que 400 litres d’eau pour faire la vaisselle  !

Cet article a été publié le mercredi 15 août 2012 à 9 h 55 min et est classé dans Préambules. Vous pouvez suivre les commentaires sur cet article en vous abonnant au flux RSS 2.0 des commentaires. Vous pouvez faire un commentaire, ou un trackback depuis votre propre site.

Laisser une réponse

Nom (*)
Courriel (ne sera pas publié) (*)
Site
Commentaire