19
Mai

La technique du « leap frog »

   Ecrit par : Roland   in De port en port

La technique du « leap frog »

Comment faire quand on dispose d’un bateau et d’une voiture, et qu’il faut faire avancer les deux ?

Grâce à la science, on en sait plus…
Posez côte à côte deux grenouilles et regardez : Elles ne sauteront jamais au même moment, ni à la même distance.
Partant de ce constat scientifique incontestable, nos amis informaticiens ont inventé le « leap frog » (en français, on dirait  » le saut de la grenouille » , mais c’est plus class d’utiliser le terme anglais).
Ils s’en servent pour faire effectuer des calculs alternatifs dans leurs zordis, quand ça devient un peu compliqué pour le cerveau, notamment lorsque l’on joue dans des espaces à 4 dimensions ou plus.
En météo, on connait bien çà, puisqu’il faut faire avancer les nuages dans 3 directions : à droite, à gauche, en haut ou en bas, mais aussi dans le temps à venir…

Le problème avec les grenouilles étant qu’elles sont vertes – les nuages sont blancs  – et ne sautent pas toujours dans la même direction…

Z’avez compris ?

Alors moi aussi, je vais utiliser le leap frog : Un coup j’avance avec le boat…un coup j’avance avec la voiture, et j’utiliserai la SNCF, le vélo, l’auto-stop pour joindre les deux.

Cet article a été publié le dimanche 19 mai 2013 à 12 h 12 min et est classé dans De port en port. Vous pouvez suivre les commentaires sur cet article en vous abonnant au flux RSS 2.0 des commentaires. Vous pouvez faire un commentaire, ou un trackback depuis votre propre site.

Un commentaire

Michel V
 1 

Z’ai compris… Z’ai surtout compris que tu fais TROIS fois le chemin !…
Finalement, c’est sportif ton truc… Et moi qui pensais que c’était un loisir pour retraité…
Et avec tout ça, tu en es arrivé où de ton merveilleux périple ? Tu fais toujours route vers le nord ?
À la télévision, ils ont montré à plusieurs reprises les problèmes de la navigation fluviale qui était semble-t-il fortement perturbée, voire arrêtée.
Je pense que sur les canaux tu es à peu près à l’abri, mais…
Le positif : te voilà rassuré, son bateau ne coule pas par le pont (comme le mien (lol)… mais je le soigne).
Tu as l’air d’avoir un équipage sérieux et dynamique. Je ne désespère pas de rejoindre ses rangs à un moment ou à un autre. Mais faudrait quand même que nos ex- collègues redressent la barre… Ça commence à bien faire cette météo de chiotte.
« De mon temps mon bon monsieur, les ingénieurs météo étaient meilleurs… Tous ces petits jeunes qui bidouillent l’informatique, ils se croient dans un jeu vidéo. Nous, on veut du réel, pas des scénarii (scénarios ?) catastrophes ! »
Enfin…Bon vent !

24 mai 2013 à 10 h 39 min

Laisser une réponse

Nom (*)
Courriel (ne sera pas publié) (*)
Site
Commentaire